Aller au contenu principal

Jean-Philippe Demont-Pierot : entretien sur la birmanie

14 juillet 2008

La France a-t-elle une part de responsabilité dans le drame de la population birmane ? Jean-Philippe Demont-Pierot, auteur de Réchauffement climatique, ouvrage consacré notamment à l’action de la multinationale Total, revient sur le rôle joué par la France dans le maintien de la dictature militaire en Birmanie.

Choqué par l’inaction des politiques internationales à l’égard de l’une des pires dictatures de la planète, Jean-Philippe Demont-Pierot a décidé de faire oeuvre utile en offrant près de sept euros sur chacune des ventes de son dernier roman à la clinique de Cynthia Maung, médecin birmane d’origine Karen qui a développé depuis 1989 un projet d’assistance et de soins à tous les réfugiés birmans. Installée en Thaïlande, cette clinique accueille et soigne gratuitement les réfugiés avec le soutien d’ONG.

C’est peu après s’être enfuie de Birmanie que Cynthia Maung comprit devant les camps de réfugiés birmans qu’elle pourrait mener une action en faveur des populations opprimées par la junte en créant une clinique à la frontière thaïlandaise et birmane. En seize ans, le docteur Cynthia Maung a transformé une petite grange recouverte d’un toit de tôle en un véritable centre médical qui reçoit près de 60 000 personnes par an. Mais devant l’augmentation du nombre de réfugiés, Cynthia Maung tente de développer des centres d’accueil dans la campagne birmane et de former du personnel à l’aide médicale d’urgence.

C’est pourquoi l’initiative « Un livre pour vivre » de Jean-Philippe Demont-Pierot arrive à point nommé, pour s’associer aux nouveaux projets de Cynthia Maung, confrontée à un manque de ressources financières.


Sur Cynthia Maung

Publicités
6 commentaires leave one →
  1. 14 juillet 2008 22 h 38 min

    Il ne reste plus qu’à espérer que cet ouvrage soit un succès d’édition, tant pour le fond de l’ouvrage qui apparaît passionnant, que sur son aspect de redistribution des revenus engendrés. C’est ici une démarche congruente et profondément humaniste, tout l’inverse d’un certain B.K…véritable trompette médiatique, chevauchant l’humanitaire dans une course au prix nobel!

  2. Tran permalink
    15 juillet 2008 10 h 11 min

    Belle interview et excellente idée que ce projet « Un livre pour vivre ». Le bouquin est vraiment très tentant.

  3. 15 juillet 2008 13 h 36 min

    Aussi étonnant que cela paraisse, il est des personnes qui disposent d’un revenu mensuel ne leur permettant pas une dépense somptuaire ponctuelle de 20,50 euros.
    À ces personnes qui culpabilisent bien souvent de ne pouvoir apporter une aide financière (contrairement à ceux qui pourraient mais ne le font pas sans éprouver le moindre remords), je suggère
    – de faire connaître le livre de Jean-Philippe Demont-Pierot en envoyant un mail à toutes leurs connaissances leur recommandant de cliquer sur le lien : http://www.kiroed.com/
    – de se renseigner sur le montant des dons qu’il est possible de verser mensuellement à des organisations humanitaires en qui on sait pouvoir accorder sa confiance comme par exemple : http://www.actioncontrelafaim.org/ (minimum mensuel = 6 euros)

  4. 15 juillet 2008 17 h 46 min

    Rectification
    à propos du prélèvement minimum mensuel demandé par Action contre la faim pour venir en aide aux populations sinistrées, aux enfants affamés ; ce n’est pas 6 mais 4 euros.
    Combien coûtent 1 café ? 1 bière ?

  5. DEMONT-PIEROT permalink
    17 juillet 2008 13 h 34 min

    Merci à toutes les personnes qui se sont manifestées pour approuver notre projet, mais disons-le tout net il faudra du temps pour que cela se transforme en succès uniquement par le biais d’internet. L’idée de transformer un livre en support d’actions de solidarité n’est pas facile à faire admettre et ce projet, si cette première tentative réussit concernant la clinique de Cynthia Maung de, pourra être pérennisé par la création d’une association (ouverte à toutes personnes intéressées !) chargée de gérer les fonds issus de telles ventes car cela concernera la totalité des livres édités, pas seulement « Réchauffement Climatique ». Si 3 livres (romans ou autres) peuvent être ainsi édités par an et que ce modèle économique de solidarité fonctionne, en admettant une moyenne de 5000 exemplaires vendus avec un reversement moyen de 7 euros, ce sera tout de même une somme de 105.000 euros en un an qui pourra être versée à des actions de solidarité,. Ceci étant, cela ne se fera pas tout seul, uniquement par la magie d’internet !
    J’ai une conviction. Une mobilisation active de tous permettra de démarrer ce projet. Si des personnes sont motivées pour y participer, nous pourrions faire ensemble quelque chose de très simple. Appelons ces personnes des correspondants. A ces correspondants, nous pouvons envoyer à nos frais une petite quantité d’exemplaires de « Réchauffement Climatique » qu’ils tenteront de vendre dans leur entourage direct ou indirect. Alors voilà, si des personnes sont d’accord pour participer à ce projet, que cela soit même pour 2 exemplaires, nous pourrons fonctionner par une chaîne de confiance, donc les ouvrages seront envoyés à nos frais et si aucun n’est vendu, ils pourront être retournés aussi à nos frais, en vous remerciant d’avoir tenter de le faire ! Si vous désirez y participer ou avoir des renseignements complémentaires, veuillez m’envoyer un e-mail à : unlivrepourvivre@kireod.com

  6. DEMONT-PIEROT permalink
    17 juillet 2008 13 h 38 min

    Erratum ! le bon e-mail est : unlivrepourvivre@kiroed.com
    ( et non kireod !…)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :