Aller au contenu principal

Cachez ces vies que je ne saurais plus voir

6 mars 2008

Trompe-l’oeil de l’existence humaine et de la sélection naturelle, disparition de l’être sous l’objet sont autant de positions artistiques et intellectuelles défendues par l’artiste Desiree Palmen. L’artiste hollandaise intègre en effet l’environnement et camoufle l’individu. La matière plastique de la combinaison revêt cette homochromie qui calfeutre la personne et la confond avec l’objet.


Les tenues plastifiées cachent l’être dans cette société de passants qui passent sans se regarder, qui se heurtent sans s’excuser.

Le travail de Desiree Palmen se fonde sur une mise en perspective de la disparition de l’individu au coeur d’une masse informe conduite par des agencements sociaux, des modes instituant la conformité, le formalisme intellectuel qui pousse l’individu à n’être plus qu’un objet parmi tant d’autres : objets rentables ou objet à éliminer.

Mais la perspective de cette artiste peut être double voire multiple surtout quand elle s’inscrit dans une société sécuritaire, qui veille au pas cadencé. Sous les caméras, l’individu devient le substrat inanimé, la morphologie mimétique de la disparition de l’être au profit du collectif. Autrefois lieu de concentration des regards, l’être revêt l’aspect informe de la politique totalitaire. Il n’est qu’une pierre d’une rue, un morceau d’asphalte, un livre encore autorisé par son gouvernement, un clochard qui doit disparaître des regards.

Dans les clichés pris en Israël, le camouflage se fait plus politique, plus empreint du désarroi dans une terre trop étroite pour accueillir l’unicité pacifique au sein de la diversité belliqueuse. L’individu n’a plus qu’une solution, se camoufler pour survivre et ne plus être renvoyé au reflet de sa propre identité.

Laurent Monserrat

  • Desiree Palmen vit aujourd’hui et travaille à Rotterdam. Elle a suivi la formation de l’académie des arts de Maastricht Jan van Eyck en se spécialisant dans le domaine de la sculpture. Plusieurs expositions lui ont été consacrées en Hollande, mais aussi aux Etats-Unis où Desiree Palmen a exposé ses oeuvres à New York en 2007.
  • Site Internet de Desiree Palmen

A voir sur le Flambeau TV : Desiree Palmen « Cachez ces vies que je ne saurais plus voir »

3 commentaires leave one →
  1. 6 mars 2008 14 h 24 min

    Certaines lectures, certains spectacles, font parfois l’objet d’une mise en garde :
    « Sujets sensibles s’abstenir ».
    Votre article, Cher Laurent, mériterait un préambule du genre : « Personnes dépressives, abstenez-vous de lire ce qui suit ».
    Les œuvres de cette artiste interpellent ceux qui sont amenés à les contempler mais votre article donnerait presque des envies de suicide tant la vision que vous en avez et que vous nous faites partager est désespérée, tant elle exprime une incontestable réalité.

  2. meg permalink
    6 mars 2008 23 h 59 min

    Je vais dire tout le contraire de Prunelle : BRAVO ! Autant pour l’article que pour le montage vidéo.

  3. olivier permalink
    7 mars 2008 20 h 02 min

    Il y aurait beaucoup à dire sur ces images de camouflages qui font apparaître en dissimulant, qui révèlent en occultant et qui aplatissent les corps, les plaquent au sol, abolissant la posture debout, associant le vertical et l’horizontal et invitant le spectateur à passer ou à s’asseoir dessus (passage piéton, escalier, ruelles, bancs publics, chaises…) C’est intriguant, dans cette cité sous la surveillance permanente des caméras, des portables, appareils photos et des satellites, ce sont les corps discrets qu’on remarque le plus, ce sont ceux qui renoncent au spectacle qui finissent par exister vraiment, dans la disparition, dans le moins de présence, ils sont plus présents que les corps surexposés des comédiens qui cherchent à apparaître partout.
    Cela me rappelle la phrase de légende d’une caricature de Pancho dans le Monde; Sarkozy disant à Fillon qui le dépasse dans les sondages ; « Arrête de t’effacer, tu me fais de l’ombre ». L’oeil cherche ce qui lui échappe et se ferme devant ce qui veut le soumettre…

    olivier beuvelet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :