Aller au contenu principal

Les maux du président Sarkozy

28 janvier 2008

“Un homme qui croit, c’est un homme qui espère” Ce n’est pas du Georges Bush mais bien du Nicolas Sarkozy qui tente d’auréoler sa politique en chantant la messe à tous ceux qui ne croient plus en leur pouvoir d’achat.

Le Canard enchaîné a eu l’excellente idée de répandre les échos de la presse internationale sur le cas Sarkozy. Et le résultat vaut son pesant de cacahuètes, car les journalistes étrangers balancent à tout va sur ce personnage médiatique qui singe la posture de Président.

Le Daily Telegraph, pourtant propriété du réactionnaire Rupert Murdoch, écrit que “Nicolas Sarkozy est devenu le lauréat incontesté du prix Silvio Berlusconi, de l’homme politique européen le plus embarrassant du moment (…) Le problème de son histoire d’amour, c’est qu’on la juge en France assez minable (”un soap opéra mortifiant”), plus bidochon que flaubertienne.”

Dans la même veine : “La France a réussi à élire un ado attardé à la présidence (…) Au fond de lui, Nicolas ressemble à une gamine de 13 ans.”

Concernant ses aventures au Vatican avec Benoît XVI : “Sarko a passé l’essentiel de son temps à loucher sur son portable pour voir s’il avait reçu des SMS, de la Bruni sans doute. C’est tout à fait le genre de chose que Paris Hilton ou Britney Spears, par exemple, pourraient faire, sauf que, pour leur rendre justice, aucune d’entre elles ne dirige la sixième économie du monde.”

Le meilleur reste à venir avec cette fois la presse argentine où l’éditorialiste qualifie Sarkozy de “ploutocrate” pour qui “pouvoir est synonyme de plus de femmes”. Idem chez nos voisins italiens qui se gaussent des frasques de Sarkozy avec Carla en confirmant que maintenant la France possède aussi son Berlusconi.

On se croirait revenu à l’époque où la presse étrillait Georges Bush. A la différence près que les journalistes français se joignaient eux aussi aux quolibets et hurlaient devant la bêtise du Président américain. Mais maintenant, c’est le grand silence, la léthargie, la presse française dort, quand elle ne se prosterne pas devant son Président. Il faut dire que la plupart des patrons de presse sont les amis de Sarkozy. Alors forcément, cela aide pour bâillonner les quelques dissidents.

Laurent Monserrat

2 commentaires leave one →
  1. 29 janvier 2008 17 h 28 min

    Ce qui me navre profondément c’est que les français, qui n’ont déjà pas bonne presse à l’étranger où ils sont souvent considérés comme arrogants et impolis (parfois à juste titre, hélas), vont, en plus, être jugés sans distinction comme des imbéciles.

  2. Marouane permalink
    29 janvier 2008 17 h 48 min

    C’est le grand triomphe de la bêtise. Avec la télé, la démocratie est impossible.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :